Sauvons la cristallerie Baccarat !


L'un de nos fleurons du savoir-faire français, la cristallerie Baccarat, connaît actuellement de grandes difficultés.


Plus ancienne cristallerie de France, cette manufacture de 1764, spécialisée dans les articles de la table, des luminaires et des objets de décoration, est passée sous pavillon chinois en 2018, lorsque le fonds d'investissement Fortune Fountain Capital (FFC) est entré à son capital.


Cette opération avait pour ambition de permettre à la cristallerie d'accélérer ses plans à l'international, et notamment en Asie et au Moyen-Orient. La nouvelle PDG, Coco Chu, avait promis 30 millions d'euros d'investissement. Il s'agissait également de développer la marque sur les marchés des bijoux, du parfum et des foulards. La création d'une école propre à la manufacture avait même été envisagée.


Hélas rien ne s'est passé comme prévu. Alors que ce fonds d'investissement avait annoncé lors du rachat qu'il maintiendrait et centraliserait toute la production et l'emploi à Baccarat en Meurthe-et-Moselle, cet actionnaire semble s'être totalement désintéressé des activités de l'entreprise qui emploie 632 salariés (dont 22 Meilleurs Ouvriers de France) sur le site lorrain.

Si en 2019 la société affichait un chiffre d'affaires de 164 millions d'euros (en hausse de 5 % par rapport à l'année précédente), les salariés de l'entreprise s'inquiétaient depuis quelques mois des difficultés de l'actionnaire principal. L'entreprise, de son côté, assurait être en bonne santé financière. Mais au premier semestre 2020, la cristallerie aurait enregistré des pertes considérables pour un chiffre d'affaire de 52 millions d'euros, en recul de 31 %.

Certes, la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 a sans nul doute contribué à cette forte chute du chiffre d'affaires, mais cela ne suffit pas à expliquer la situation actuelle.


FFC, qui a racheté la majorité du capital de l'entreprise en empruntant des fonds, aurait cessé de respecter ses échéances de remboursement depuis le début de l'année 2020. Pire, il est soupçonné de n'avoir jamais payé à Baccarat la somme promise au moment du rachat !


Le fonds d'investissement chinois a été placé en liquidation judiciaire en juillet dernier. Quant à la cristallerie, elle a été placée sous administration provisoire par le tribunal de commerce de Nancy le 7 septembre 2020.

Même si l'entreprise communique en indiquant que « la nomination de deux administrateurs provisoires n'intervient nullement dans le cadre d'une procédure de sauvegarde ou d'une procédure de redressement judiciaire », et que la société « dispose des fonds nécessaires à son exploitation, payant ses fournisseurs et créances comme à l'accoutumée », la situation actuelle est vraiment inquiétante pour ce joyau du luxe français qui risque de disparaître.

Ayant eu la chance de visiter cette cristallerie lors d'un déplacement à Baccarat le 20 mai 2019 et en tant que Présidente du groupe d'études Métiers d'art au Sénat, j'ai écrit au ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, pour qu'il puisse me faire savoir comment le Gouvernement va suivre ce dossier, qui représente un patrimoine inestimable pour la fabrication du cristal à la main depuis Louis XV.

Catherine DUMAS

Sénatrice de Paris

Conseillère de Paris - élue du 17e

Ma notice sur le site du Sénat

Contact Sénat :

c.dumas@senat.fr01 42 34 33 98

15 rue de Vaugirard 75291 Paris Cedex 06

Mentions légales