Conseil de Paris (du 6 au 9 juillet)


Le Conseil de Paris s'est achevé après quatre jours de session. Au cours de ce Conseil, une manifestation a rassemblé devant l'Hôtel de Ville des centaines de personnes pour dénoncer la dégradation de la capitale, la saleté, l'esthétique du mobilier urbain et la gestion de la crise du crack par l'exécutif parisien. Ces Parisiens en colère, de tous les arrondissements, de tous les âges, de toutes conditions sociales, sont venus manifester sous les fenêtres d'Anne Hidalgo leur ras-le-bol de voir leur ville et leurs vies si dégradées.


Tandis que nous siégions dans l'hémicycle du Conseil de Paris, nous avons appris, par voie de presse, la décision de l'exécutif d'abaisser à 30 km/h la vitesse dans quasiment toutes les rues de la capitale dès la fin du mois d'août (à quelques rares exceptions près : les boulevards des maréchaux, le boulevard périphérique, les avenues des Champs-Elysées et Foch, la rue Royale et les Bois de Boulogne et Vincennes) ! Une fois de plus, sans concertation ni débat préalable en Conseil de Paris, Anne Hidalgo et sa majorité rouge-rose-verte imposent des décisions abruptes, improvisées qui vont pénaliser chaque jour des millions de personnes. Paris était déjà classée en 2019, 4e ville la plus embouteillée au monde. Nous devrions hélas encore progresser sur ce terrain.


Il est vrai que la Maire de Paris n'a plus d'yeux que pour le Palais de l'Elysée, délaissant de plus en plus ses administrés, alors que les dossiers préoccupants ne manquent pas.


Voici quelques-uns des sujets qui ont été abordés lors de ce Conseil, et pour lesquels notre groupe Changer Paris, présidé par Rachida Dati, est intervenu.


Finances : la Ville de Paris ne contrôle plus son déficit budgétaire en dépit de recettes en hausse !

Hausse de l'endettement, augmentation de la fiscalité, accroissement des dépenses de fonctionnement, recours accentué aux loyers capitalisés...la Ville ne se donne plus aucune limite et dilapide l'argent des Parisiens. Il serait temps que Madame Hidalgo cesse de quémander des moyens supplémentaires à l'Etat alors que les recettes ont été en constante augmentation, et qu'elle commence à gérer raisonnablement l'argent des Parisiens qui ne lui appartient pas.



Stationnement : moins de places, plus de pollution, le dogmatisme l'emporte sur le réel

Face aux mesures dogmatiques de l'exécutif parisien, le groupe Changer Paris a demandé une nouvelle fois l'établissement d'un plan global de circulation et de stationnement, ainsi qu'une évaluation de l'impact des dispositifs qui se superposent sans réflexion d'ensemble depuis un an (fermeture de la rue de Rivoli, coronapistes, etc.) sur les mobilités à Paris.


Nous souhaitons également la création d'un local à vélo pour toute nouvelle construction d'immeuble d'habitation ou de bureaux, ainsi que le doublement de l'aide à la création d'un abri à vélos sécurisé dans les immeubles (portée à 4000 euros HT).


Nous demandons enfin la prise en compte d'une marge de tolérance ou d'un délai de grâce de 10 minutes, entre le stationnement et une éventuelle verbalisation (via le système LAPI), afin de laisser le temps à l'usager d'effectuer le paiement à l'horodateur.


Des vœux au nom de notre groupe ont été présentés par Vincent Baladi et Nicolas Jeanneté.



Oui aux terrasses éphémères, non à l'anarchie

Au groupe Changer Paris, nous sommes pour des règles qui s'appliquent également à tous.

Le nouveau Règlement des étalages et terrasses, qui n'a pas été débattu en Conseil de Paris comme c'était prévu à l'origine, interdit les contre-terrasses estivales sur les places de livraison. Une telle mesure a conduit certains restaurateurs qui avaient installé des terrasses de bonne foi, puisque cela était autorisé jusqu'à présent, à devoir les fermer du jour au lendemain, sans avoir eu le temps d'anticiper.


Au groupe Changer Paris, nous avons demandé l'autorisation des terrasses et contre-terrasses estivales sur les places de livraison jusqu'au mois d'octobre, sous réserve de l'accord des maires d'arrondissement.


Enfin, la tranquillité des riverains doit être une priorité qui oblige les restaurateurs. Des sanctions plus fortes doivent être prises à l'égard des commerçants dont les terrasses constitueraient une nuisance.


Des vœux de notre groupe ont été présentés par la présidente Rachida Dati, Jean-Pierre Lecoq et Francis Szpiner.



Toxicomanie : le Nord-Est parisien gangrené par le crack

L'exécutif municipal a prévu lors de ce Conseil un débat sur "les solutions pour remédier au problème du crack dans le Nord-Est parisien", sans diffuser de communication ni d'éléments aux élus en amont.


Un problème n'a jamais été réglé en le déplaçant ! Le crack est un problème ancien que la Maire de Paris fait passer d'un arrondissement à l'autre en pensant qu'il disparaîtra de lui-même.


Or le crack ne disparaît pas, au contraire. La fixation de lieux de consommation de drogue sur la voie publique ont entraîné la création de points d'ancrage pour les trafics, et l'on constate en conséquence une augmentation notable de l'insécurité pour les riverains exposés aux toxicomanes, dont la situation sanitaire et sociale fragile conduit à tous les excès.


Le plan crack est un échec. Après la "colline du crack", Stalingrad et les jardins d'Eole, à qui le tour ? La situation est intenable pour les riverains qui, de manifestation en manifestation, expriment leur ras-le-bol et demandent que soit respecté leur droit de vivre dans un quartier apaisé.


Un vœu a été présenté par Marie Toubiana au nom du groupe Changer Paris, pour demander la communication aux élus, par la Maire de Paris, des mesures planifiées pour "libérer" la place de Stalingrad de la présence de toxicomanes.


Le groupe Changer Paris a, à cette occasion, réaffirmé son opposition aux salles de consommation à moindre risque, comme l'ont fait le Préfet de Police et le Procureur de la République. Le ministre de l'Intérieur a également reconnu que les "salles de shoot" n'étaient pas une solution et que l'expérimentation de Paris n'était pas concluante.


Avec cette salle de shoot, vous avez fixé les trafics de stupéfiants, la traite des êtres humains, les violences et les agressions. (...) Votre idéologie est "faire avec" la drogue plutôt que "lutter contre". (...) Les salles de shoot ne sont pas une solution et ne le seront jamais, justement parce qu'elles incitent à la consommation de drogue.

Rachida Dati, Présidente du groupe Changer Paris

La présidente de notre groupe, Rachida Dati, a suggéré la création d'un centre en dehors de Paris, consacré à une prise en charge globale des toxicomanes les plus fragilisés.



Préservation de la Seine : rendre la Seine aux Parisiens !

En septembre dernier, les Parisiens avaient été interloqués de découvrir des vidéos montrant du ciment déversé à même la Seine. Notre groupe avait alors immédiatement demandé la création d'une mission d'information et d'évaluation (MIE) dédiée à la Seine pour faire toute la transparence sur la pollution liée aux activités industrielles, et pour assurer la protection de la Seine comme patrimoine culturel classé à l'UNESCO.


La présidence de cette MIE a été confiée à notre collègue Grégory Canal, 1er adjoint au maire du 15e arrondissement.


Fort du soutien des associations de riverains et des associations environnementales, notre groupe a obtenu des avancées déterminantes pour la protection du patrimoine culturel et naturel que représente la Seine : limitation des activités industrielles en bord de Seine, mise sous protection des espaces verts attenant à la Seine, renforcement des pouvoirs de la future police municipale pour lutter contre les incivilités sur les quais, accent sur la propreté en augmentant le nombre de poubelles et de sanisettes le long de la Seine, et renforcement de l'accessibilité des quais aux personnes à mobilité réduite.


Les élus Véronique Baldini, Vincent Baladi, Jean-Didier Berthault et France-Marie Didier se sont exprimés à cette occasion.



Voici enfin la liste complète des vœux déposés par les élus du groupe Changer Paris afin de répondre au mieux aux attentes des Parisiennes et des Parisiens :

Le prochain Conseil de Paris se tiendra du 12 au 15 octobre.





49 vues