Conseil de Paris (13, 14 & 15 avril)


Le Conseil de Paris vient de s'achever après trois jours de session. Comme de coutume, la Maire de Paris a brillé par son absence, s'absentant au bout d'une heure de séance, pour ne plus jamais réapparaître ! Il est tout de même surprenant que l'édile de la première ville de France ne daigne présider des séances au cours desquelles sont votées des délibérations qui concernent l'avenir de Paris, et la vie quotidienne de plus de 2 millions de Parisiens ! Drôle de conception de la démocratie et de l'exercice d'un mandat d'élu...


La Présidente Rachida Dati a demandé la tenue d'une séance exceptionnelle du Conseil de Paris consacrée aux multiples problèmes liés à la propreté, à la salubrité et à la dégradation de l'espace public. Cette session pourrait d'ailleurs être précédée d'une réunion de chaque conseil d'arrondissement sur ce thème.


Aucune réponse n'a été donnée par la Maire de Paris !

Pourtant, le mouvement populaire #SaccageParis apporte chaque jour sur les réseaux sociaux les preuves du manque d'entretien de la ville, mais aussi de son esthétique dégradée. Des milliers de témoignages, accompagnés de photos consternantes affluent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, pour dénoncer l'état de saleté de la Capitale. Poubelles pleines à ras bord, déchets sur la place publique, tags et graffitis, affichages sauvages et traces d'urine illustrent le triste état de Paris.


Mais au-delà de la propreté, le délabrement de Paris mécontente aussi les Parisiens :

la voirie abîmée, les plots jaunes disgracieux qui poussent comme des champignons depuis un an, les "coronapistes" agrémentées d’horribles blocs de bétons, les monuments mal entretenus, le mobilier urbain détérioré, jusque devant la mairie de Paris, qui est non-remplacé ou alors changé par de nouvelles installations au style plus que douteux, etc.

Les derniers kiosques à journaux sans âme ni style, dénoncés lors du premier mandat d’Anne Hidalgo, en sont une bonne illustration, tout comme les poutres de bois disposées sur les places parisiennes, et dignes d’un terrain abandonné en bord de voie ferrée…


La liste des exemples est hélas extrêmement longue. La coupe semble donc pleine pour de nombreux Parisiens, qui ne comprennent pas à quoi leurs impôts sont employés, et qui attendent que la maire tienne sa promesse de campagne de doubler les moyens consacrés à l’entretien de la ville. Malheureusement, l’exécutif parisien refuse d’admettre la réalité de la situation. Pire, il s’abrite derrière une fumeuse théorie selon laquelle le mouvement en ligne serait le résultat d’un coup orchestré par la droite (et naturellement l’extrême-droite) !



Rachida Dati est aussi intervenue pour soutenir la future dénomination du quai Jacques Chirac, qui ira quai Branly, de la passerelle Debilly à la place des martyrs juifs du vélodrome d'hiver. Premier Maire de Paris, de 1977 à 1995, cet hommage fut unanimement salué par le Conseil.


J'ai de mon côté pris la parole, au nom du groupe Changer Paris à plusieurs reprises, au cours de cette session d'avril, et notamment :

  • Au sujet du projet de nouveau siège de l'Office de Tourisme et des Congrès de Paris (OTCP)

J'ai souhaité savoir pourquoi l'ancienne mairie du 1er arrondissement n'avait-elle pas été choisie, alors qu'elle constitue pourtant un parfait écrin pour promouvoir notre ville.



  • Au sujet du Prix du Goût d'Entreprendre

J'ai tenu à appuyer l’octroi d’une dotation aux lauréats de ce Prix, qui récompense les artisans des métiers de bouche, nouvellement installés dans la capitale, afin de les soutenir dans leur première année d’activité.


  • Au sujet du Grand Prix de la baguette de tradition française de la Ville de Paris

Ce Grand Prix de la baguette de tradition française de la Ville de Paris (4.000 euros) récompensera le ou les lauréats du Grand Prix de la baguette pour 2021.


En 2020, Taieb Sahal, boulanger des "Saveurs de Pierre Demours" installé dans le 17e arrondissement avait d'ailleurs remporté le 1er Prix !

  • Au sujet de l’établissement public Paris Musées

A la suite de la nomination d'Anne-Sophie de Gasquet, à la tête de Paris Musées, j'ai invité l'organisme à avoir une gestion rigoureuse pour faire face, par exemple, au problème des œuvres dont on a perdu la trace dans les collections publiques de la Vile.

  • Au sujet du fonctionnement des comités de voisinage de la salle de shoot du 10e arrondissement

J'ai relayé l'initiative de Bertil Fort (élu Changer Paris du 10e arrondissement) pour défendre un vœu à propos de l'expérimentation de la salle de consommation à moindre risque (SCMR) menée dans le 10e arrondissement depuis 2016 et jusqu'en 2022. Nous avons demandé d'organiser un comité de voisinage par trimestre, et la publication des statistiques liées à cette expérimentation en cours.



Par ailleurs, afin de répondre aux préoccupations des Parisiennes et Parisiens, plusieurs vœux ont été déposés par les élus de notre groupe Changer Paris.


Le prochain Conseil de Paris se tiendra du 1er au 4 juin prochain.





29 vues