Réforme du stationnement à Paris : une usine à gaz pour compliquer un peu plus la vie des Parisiens!


Une nouvelle mesure de l'Exécutif parisien va compliquer un peu plus la vie quotidienne des Parisiens et des Franciliens. Et suscite la colère et l'incompréhension des détenteurs de deux-roues à moteur thermique : le stationnement payant dès 2022.


L'adjoint à la Maire de Paris en charge des transports vient en effet de présenter une réforme du stationnement, annonçant que la Ville allait mettre fin à la gratuité du stationnement pour les deux-roues motorisés dès 2022.


Les détenteurs de motos et scooters non électriques devront passer à l'horodateur pour pouvoir se garer dans les rues de Paris. Les tarifs seront fixés à 50 % du prix pratiqué pour les voitures, que l'on soit visiteur ou résident de la capitale.


Si ces véhicules pourront toujours se garer sur les places de stationnement pour les voitures, la Mairie a également annoncé qu'elle allait créer 5 000 nouvelles places pour les motos et scooters. A quel endroit et au détriment de qui ? Rappelons que la Ville a déjà annoncé vouloir supprimer la moitié des 130 000 places de stationnement en surface d'ici à 2026...

Autre changement annoncé : le tarif visiteur des voitures va connaître une augmentation, et ce dès le 1er août 2021.

  • En zone 1 (Paris Centre, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 10e et 11e arrondissements), le tarif horaire passera de 4 à 6 euros de l'heure.

  • En zone 2 (12e, 13e, 14e, 15e, 16e, 17e, 18e, 19e et 20e arrondissements), le tarif horaire passera de 2,40 à 4 euros de l'heure.

Également à signaler : le stationnement dans les bois de Vincennes et de Boulogne deviendra également payant dès cet automne.


Quant aux amendes (forfaits post-stationnement), elles devraient elles aussi être relevées.


Ces changements doivent être votés au prochain Conseil de Paris. Avec les élus du groupe Changer Paris, présidé par Rachida Dati, nous nous opposerons avec force à ces mesures.


Mesures qui pénalisent un peu plus les automobilistes et les conducteurs de deux-roues non électriques, lesquels n'ont parfois pas d'autre choix pour venir travailler dans la capitale.


Mesures qui pénalisent un mode de transport favorable à la fluidité du trafic alors que Paris souffre des embouteillages et de l’encombrement des transports publics.


Paris deviendra encore plus inaccessible avec moins de places de stationnement et des tarifs plus élevés pour tous y compris les deux-roues.


L'équipe municipale parisienne a perdu de vue son objectif de lutter contre la pollution qui a été remplacé par une lutte idéologique contre la voiture.

Infographie Le Parisien


5 vues