Question orale au Sénat : Situation d'abandon du musée parisien d'art monographique Hébert

Lors d'une séance de questions orales au Sénat, j'ai tenu à appeler l'attention de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, sur la situation d’abandon, depuis dix-huit ans, du Musée Hébert, situé 85 rue du Cherche-Midi dans le 6e arrondissement à Paris.

Ce dossier m'a été signalé par le maire de l'arrondissement, Jean-Pierre Lecoq.


Inauguré en 1978, ce musée national a fermé en 2004, pour raison de sécurité.

Il est aujourd’hui dans un état de délabrement avancé. Installé dans l’hôtel de Montmorency-Bours construit en 1743, dont la façade est inscrite aux Monuments historiques, le musée abrite les œuvres d’Ernest Hébert, portraitiste mondain renommé de la seconde moitié du XIXe siècle.

Ce musée est issu des donations consenties à l’Etat, pour ses collections, et à la Réunion des Musées Nationaux pour son bâtiment, par René Patris d’Uckermann, fils adoptif de la veuve de l’artiste, qui a en outre institué la Fondation de France légataire universel, en l’absence d’héritier direct.


Un rapport de l’Inspection générale des affaires culturelles (IGAC) sur l’avenir du musée Hébert, remis le 25 avril 2017, proposait une solution qui permettait la réouverture d’un musée dans les conditions acceptées par l’Etat.


Cette solution ne semble pas avoir été retenue, puisque plus de quatre ans plus tard, les recommandations n’ont produit aucun effet.


J’ai bien conscience de la complexité de ce dossier, et j'ai d'ailleurs tenu à remercier la Ministre d’avoir répondu à une lettre que je lui avais adressée à ce sujet, mais il conviendrait aujourd’hui de réunir tous les acteurs pour faire le point, et sauvegarder ce bâtiment remarquable de 1800 m2 : la Réunion des musées nationaux – Grand Palais (RMN-GP), propriétaire de l’ensemble immobilier, l’établissement public du musée d’Orsay et de l’Orangerie (EPMOO), la Fondation de France, et la Mairie du 6e arrondissement, éventuellement porteuse de projets.







68 vues