Quel est le coût (et l'utilité) de la campagne publicitaire autour du pass Culture ?


Par le biais d'une question écrite, je viens d'interroger le ministère de la culture sur le coût et l'utilité de la campagne publicitaire diffusée, pendant les fêtes de fin d'année, au profit du pass Culture (publicité en illustration).


Nous sommes nombreux au Parlement à considérer que ce projet patine, et cette campagne en est une nouvelle illustration.


Pour rappel, le pass Culture, décrit comme "le chantier culturel prioritaire du quinquennat", est un programme destiné aux jeunes pour leurs dépenses culturelles. Il s'agit d'un crédit de 500 euros que l'Etat se propose de mettre à disposition de tout jeune qui en ferait la demande dans l'année de ses 18 ans.

Il peut ensuite les dépenser (uniquement auprès des partenaires présélectionnés), par l'intermédiaire d'une application mobile (non disponible sur Iphone), pour des offres (sorties culturelles, cours, supports physiques -CD, livres, etc.- ou abonnements numériques) présentées sur le site dédié.


A ce jour, 14 départements ont déjà pu tester ce dispositif à titre d'expérimentation. Avec des retours décevants... mais pas si surprenants !


Lors des discussions du budget 2021 qui ont eu lieu au Sénat au mois de décembre, avec des collègues sénateurs de diverses sensibilités politiques, nous avons été nombreux à nous opposer à la montée en puissance de ce dispositif, véritable "usine à gaz", lourde, contrainte et peu adaptée au public jeune qu'elle est pourtant censée séduire .


Nous avons ainsi jugé l'expérimentation débutée en 2019 peu convaincante, préférant flécher une partie des moyens financiers mobilisés vers le patrimoine, en état d'urgence. Il était en effet prévu de relever le budget du Pass Culture de 50 %, afin de le faire passer de 40 millions d'euros à près de 60 millions d'euros, pour le généraliser à toute la France d'ici 2022!

Notre Haute assemblée a donc adopté l'amendement que je défendais (préalablement porté à l'Assemblée nationale par ma collègue députée, Brigitte Kuster), qui prévoyait de transférer les 20 millions d'euros supplémentaires affectés au Pass Culture vers la préservation du patrimoine.


A cette occasion, j'ai fait remarquer à la Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, qu'elle avait elle-même reconnu, à l'Assemblée nationale, le montant excessif du dispositif : "le crédit de 500 euros est excessif à mon sens. 300 euros correspondent davantage à la consommation des jeunes".


Face au peu d'enthousiasme suscité par ce mécanisme, je suis donc surprise que le ministère organise actuellement cette campagne de communication dans les journaux. Quel est le coût d'une telle campagne de communication ? Et est-elle bien opportune au regard de la situation actuelle et des graves difficultés économiques que traverse le secteur culturel ?


En examinant cette publicité, il me semble d'ailleurs qu'elle rate sa cible : si la publicité s'adresse aux jeunes, il n'y a aucun renvoi vers un réseau social ou une application qu'ils ont l'habitude d'utiliser. Si elle est destinée à d'éventuels futurs partenaires, je ne pense pas qu'ils puissent être séduits par une présentation si plate. Enfin, se vanter que 4500 "acteurs culturels" participent déjà au projet, c'est un chiffre insuffisant pour un dispositif d'envergure nationale. Cette communication est de mon point de vue totalement incompréhensible et peu lisible. Il y a de quoi s'interroger sur la stratégie et l'entêtement du ministère à ce sujet...


J'espère donc connaître rapidement la réponse de la Ministre à la question écrite que j'ai déposée, ce matin, sur le bureau du Sénat.


=> Voir la réponse de la Ministre ici.

44 vues

Catherine DUMAS

Sénatrice de Paris

Conseillère de Paris - élue du 17e

Ma notice sur le site du Sénat

Contact Sénat :

c.dumas@senat.fr01 42 34 33 98

15 rue de Vaugirard 75291 Paris Cedex 06

Mentions légales