top of page
  • Photo du rédacteurCatherine DUMAS

Les bouquinistes ne doivent pas être les victimes de la cérémonie d’ouverture des JO Paris 2024


Le 26 juillet 2024, Paris accueillera la 33ème édition des Jeux Olympiques d’été. Afin de marquer les esprits à l’occasion de cet évènement mondial, le comité d’organisation a décidé d’organiser la cérémonie d’ouverture, non pas dans le stade olympique comme c’est généralement le cas, mais le long de la Seine, avec tribunes installées sur les berges ou sur les plus beaux ponts de Paris.

Les délégations d’athlètes de chaque pays concurrent descendront ainsi le fleuve parisien sur des péniches habillées aux couleurs de leurs drapeaux.


Un spectacle qui s’annonce exceptionnel mais qui oblige les forces de l’ordre à penser le dispositif de sécurité non pas dans une enceinte fermée aux accès facilement contrôlables mais sur plusieurs kilomètres des rives de Seine…


La préfecture de police est donc très exigeante pour assurer une sécurité maximum autour de cet évènement hyper-médiatisé.


Le 25 juillet dernier, la Préfecture a donc informé les bouquinistes installés de part et d’autre des rives du fleuve parisien, de la nécessité de retirer leurs boites se trouvant sur le parcours d’ouverture des Jeux Olympiques.


La plus grande librairie à ciel ouvert du monde, installée depuis plus de 450 ans sur les quais de Seine, et contribuant à la vitrine du tourisme de notre capitale, au même titre que Notre-Dame, la Tour Eiffel ou nos bistrots, devra donc « temporairement » déménager !

Je connais depuis longtemps ces professionnels du livres anciens, de la carte postale ou des affiches. Je sais leur concours à la poésie et au charme de notre capitale. Ils sont d’ailleurs classés au patrimoine culturel immatériel français depuis 2019 et au patrimoine mondial de l’UNESCO comme partie indissociable des berges de la Seine depuis 1991. L’an dernier, j’avais d’ailleurs remis le prix « Patrimoine » de l’association Les Lumières de Paris à leur président, Jérôme Callais.


Conscients de l’urgence pour qu’une solution soit proposée rapidement aux bouquinistes de Paris, les élus du groupe Changer Paris que préside Rachida DATI, par la voix du maire du 6e arrondissement, Jean-Pierre LECOQ, (tous deux concernés directement par cette problématique dans les arrondissements dont ils sont les premiers magistrats), ont défendu un vœu en Conseil de Paris.


Des vœux similaires ayant été déposés par d’autres groupes, le Conseil de Paris a adopté une série de mesures que la ville de Paris s’engage à mettre en place :

  • Assurer le démontage et la repose des boîtes concernées par l'arrêté que prendrait le Préfet de Police, dans le respect de celles-ci et dans les délais les plus courts possibles;

  • Proposer aux bouquinistes qui le souhaiteraient, la prise en charge de la rénovation de leurs boîtes, en amont de la cérémonie pour les plus dégradées. Cette rénovation s'effectuerait en régie par des artisans et menuisiers de la Ville qui rénoveraient les boîtes une par une ;

  • Mettre en place un « Village des bouquinistes » pendant les Jeux olympiques, dans un lieu à définir en len avec les associations représentant les bouquinistes, pendant la période où les boîtes seraient indisponibles;

  • Continuer à travailler en lien étroit avec la Préfecture de police et tous les bouquinistes afin de limiter l'impact de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sur l'activité des bouquinistes;

  • Soutenir et accompagner les bouquinistes dans leur candidature au classement au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.

Par ailleurs, j’interrogeais, au Sénat, à l’occasion de la séance des questions orales du jeudi 12 octobre, la ministre de la Culture sur cet important dossier parisien.


Le président des bouquinistes, M. Jérôme Callais et Mme Sylvie Mathias membre du bureau étaient présents en tribune pour entendre la représentante du gouvernement m’ indiquer que rien n’est acté, que la négociation reste ouverte et que le nombre de boîte concernées par la restriction pourrait d’ailleurs être reconsidéré…

Affaire à suivre…

62 vues0 commentaire

Comments


bottom of page