Le Sénat rejette en bloc le Budget 2022


Le Sénat vient de poser un acte fort en renonçant à l’examen de la partie consacrée aux dépenses du budget 2022. Les groupes d'élus LR, PS, EELV et PCF ont tous voté contre la première partie du Projet de Loi de Finances.


Par la voix de son président Bruno Retailleau, les sénateurs du groupe Les Républicains condamnent avec la plus grande fermeté l’irresponsabilité du gouvernement qui, depuis la fin de l’été, n’en finit pas d’alourdir le poids de la dette pour acheter la réélection d’Emmanuel Macron en 2022 : "Les sénateurs refusent de cautionner la frénésie dépensière et démagogique du gouvernement. Il est temps de mener les réformes dont le pays a besoin !".


Comme l'indiquait dès ce matin le président du Sénat, Gérard Larcher : "Le Budget 2022 comporte trop de dépenses catégorielles. Nos dépenses publiques explosent alors qu'il est urgent de les maitriser. Gardons à l'esprit qu'un jour, il faudra rembourser toutes ces dettes. Avec 155 milliards de déficit, le budget présenté par le gouvernement est inquiétant pour l'avenir. Nous n'examinerons pas les dépenses de ce budget et le Sénat ne le votera pas car ce ne serait pas responsable !".


Le président de la République ne finance rien, il dépense ! Ce budget tente de maquiller toutes les lâchetés et les abandons de ce quinquennat.


Depuis plus de 4 ans, Emmanuel Macron se paie de mots sans amorcer aucune réforme structurelle dont notre pays a pourtant cruellement besoin pour rétablir l’efficacité de notre système de santé, améliorer le pouvoir d’achat des Français en recréant les conditions d’une croissance pérenne, rendre de l’espérance aux jeunes générations que le gouvernement n’a de cesse d’asphyxier par le poids d’une dette financière et écologique astronomique…

Le Sénat a toujours donné au gouvernement les moyens d’agir pour protéger les Français. Aujourd’hui, les sénateurs LR rejettent le volet "recettes" du budget et tirent la sonnette d’alarme : les 680 milliards d’euros de dette supplémentaires du quinquennat Macron placent la France dans un risque systémique. Le Sénat ne peut cautionner la frénésie démagogique à laquelle s’adonne le gouvernement.


Emmanuel Macron aura dépensé un argent public qu’il n’a pas, sur le dos des générations futures sans jamais, sur aucun sujet, s’attaquer aux causes des difficultés que rencontre notre pays.


Le gouvernement doit maintenant convoquer une Commission mixte paritaire qui devrait logiquement faire état d'un désaccord entre les deux chambres.



13 vues