Gouvernement interrogé sur la situation du secteur Évènementiel : traiteurs, intermittents...


“Les entrepreneurs de foire, de salons, de congrès, les traiteurs, les extras de la restauration ont-ils un avenir autre que la faillite ou le RSA ?”


La fermeture des établissements rassemblant du public et l’interdiction de tout rassemblement plongent le secteur de l’événementiel dans une situation dramatique.


Pourtant, c’est une filière essentielle pour l’attractivité de notre territoire, avec 1 200 foires et salons, 2 800 congrès et 380 000 événements d’entreprises et d’institutions.


Plus de 77 millions de participants sont ainsi accueillis, dont 10 % d’étrangers. Au cœur de la crise : les traiteurs qui travaillent tant pour les professionnels que pour les particuliers et comptent plus de 17 000 entreprises actuellement à l’arrêt.

N’oublions pas non plus les extras : 70 000 intermittents de la restauration.

Ont-ils un avenir autre que la faillite ou le RSA ?


Réponse du Ministre : Ce secteur en crise, primordial pour notre pays, est très divers. Nous avons veillé à le placer entièrement dans les secteurs S1 et S1 bis. Avec Jean-Baptiste Lemoyne, nous cherchons des solutions avec ses acteurs. J’ai reçu à sept reprises les représentants des traiteurs, qui ont perdu 90 à 95 % de leur chiffre d’affaires. Un service de Bercy les appelle individuellement pour leur proposer le cas échéant un apport de fonds propres. Plus de 200 traiteurs ont ainsi été contactés. J’espère comme vous que nous pourrons leur permettre de reprendre rapidement leur activité.


Réplique : Merci pour votre réponse. Nous avons besoin d’un plan de sauvegarde massif pour cet écosystème de PME : ces entreprises ne survivront pas sans aide alors que ce sont des pépites emblématiques de la France.

Catherine DUMAS

Sénatrice de Paris

Conseillère de Paris - élue du 17e

Ma notice sur le site du Sénat

Contact Sénat :

c.dumas@senat.fr01 42 34 33 98

15 rue de Vaugirard 75291 Paris Cedex 06

Mentions légales