top of page
  • Photo du rédacteurCatherine DUMAS

Faciliter le parcours olympique des dialysés franciliens

Dernière mise à jour : 8 juil.


J'ai adressé une lettre au Préfet de Police de Paris afin de relayer les préoccupations des associations France Rein et Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation.


Ces derniers attirent l'attention des pouvoirs publics sur les difficultés que vont rencontrer, en Ile-de-France et à Paris, les véhicules transportant les personnes souffrants d’insuffisance rénale et qui doivent être dialysées en moyenne trois fois par semaine.


En effet, ces patients particulièrement fragiles n’ont, à ce jour, pas le droit d’emprunter les voies prioritaires prévues dans le plan de déplacement mis en place pour les Jeux olympiques et Paralympiques de Paris2024.


La crainte pour eux d’être retardés voire empêchés de pouvoir rejoindre leur centre de dialyse, avec pour conséquences un report des séances parfois de plusieurs jours, fait naitre une angoisse légitime. Un traitement contrarié pouvant rapidement avoir des conséquences cardiaques et/ou pulmonaires importantes si l’eau et les toxines ne sont pas régulièrement évacuées de leur corps.


En lien avec l’ARS, les centres situés à proximité de sites prévus pour des épreuves ont pu adapter leurs horaires de fonctionnement afin de limiter l’impact des épreuves olympiques sur leur calendrier de soins.


Mais, il reste à trouver une solution pour que le transport de ces personnes, gravement malades, soit rendu possible sur les voies de circulation fluide prévues en Ile-de-France pendant la période des Jeux olympiques et Paralympiques.

12 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page