Convention LR : comment rebâtir l'école républicaine ?


La crise sanitaire et économique affecte particulièrement les plus jeunes de nos concitoyens, qui subissent de plein fouet précarité, isolement, détresse psychologique et difficultés à se projeter dans l’avenir. Elle impacte profondément le fonctionnement des écoles, des collèges et des lycées en mettant en exergue les failles structurelles de notre système éducatif, connues bien avant cette crise sanitaire inédite.


Le gouvernement prétend protéger nos jeunes, mais il n’a jamais posé une réflexion d’ensemble pour remédier à la crise de notre système éducatif qui nécessite une réforme en profondeur. Les Républicains ont choisi de relever ces défis : chômage de masse chez les jeunes, violences et atteintes à la laïcité à l’école, baisse du niveau de maîtrise de fondamentaux… ils ne sont pas indépendants les uns des autres, il nous faut les affronter ensemble. C'est pourquoi que notre famille politique a décidé de consacrer sa 8e convention nationale à l'école et aux jeunes.


Cette convention nationale, qui s'est tenue hier, était animée par Annie Genevard, présidente du Conseil national des Républicains, Députée du Doubs et 1ère vice-présidente de l'Assemblée nationale, et notamment mes collègues Max Brisson, Sénateur des Pyrénées-Atlantiques (et inspecteur général honoraire de l'Education nationale), Alexandra Borchio-Fontimp, Sénatrice des Alpes-Maritimes et Ronan Le Gleut, Sénateur représentant les Français établis hors de France.


Voici les propositions qui sont ressorties de ces interventions et des échanges avec nos militants, afin de restaurer l'école républicaine et de mieux préparer les jeunes au monde du travail, que je vous propose de découvrir et qui pour certaines d'entre elles sont vraiment innovantes.


REBATIR L'ECOLE REPUBLICAINE


Recentrer l'école sur l'enseignement des fondamentaux

  • Enseigner les fondamentaux avec les méthodes certifiées par l'Education nationale

  • Faire de l'apprentissage du français une grande cause nationale, notamment en instaurant un examen de français à l'entrée en 6e, non pour un redoublement mais pour une remise à niveau pendant l'année de 6e.

  • Concevoir les programmes d'Histoire avec pour finalité la narration d'un récit national et la transmission d'un héritage commun.

  • Ajouter une épreuve d'anglais au brevet des collèges.

Garantir la sécurité et lutter contre les atteintes à la laïcité dans les établissements scolaires

  • Renforcer la sécurité dans les écoles en permettant l'intervention des membres de la réserve civile de la police nationale aux abords et au sein des établissements sur demande du proviseur.

  • Faire de la lutte contre le harcèlement scolaire une priorité de la politique éducative en menant de véritables campagnes de sensibilisation et en créant des référents dans les établissements scolaires.

  • Mettre fin sans délai aux fonctions d'une personne qui, travaillant dans un établissement scolaire, serait en voie de radicalisation ou adhérerait manifestement à des thèses antirépublicaines.

  • Interdire le voile des accompagnants scolaires.

  • Assurer le respect de la laïcité dans les lieux d'enseignements de l'université.

Gérer l'école au plus près des citoyens et donner les mêmes chances à tous les élèves

  • Donner davantage d'autonomie aux chefs d'établissement.

  • Associer systématiquement les élus territoriaux à l'élaboration de la carte scolaire et à la gestion des établissements, y compris en cas de fermeture de classe, et permettre aux élus locaux qui le souhaitent, d'expérimenter des politiques publiques de plus grande mixité sociale.

Revaloriser le métier des enseignants

  • Proposer des contrats de mission à durée indéterminée aux enseignants pour qu'ils s'engagent dans une zone géographique prioritaire ou rurale ou encore en vue d'une tâche spécifique en contrepartie d'une meilleure rémunération.

  • Proposer aux jeunes retraités de l'Education nationale d'assurer des cours de soutien auprès des élèves en difficulté, ou de faire du tutorat aux élèves professeurs, sur le même modèle que le cumul emploi retraite des médecins.

MIEUX PREPARER LES JEUNES AU MONDE DU TRAVAIL


Renforcer le lien entre les établissements scolaires et le monde du travail

  • Mieux connecter les établissements scolaires (collège et lycée) et le monde professionnel en multipliant les échanges entre les élèves et les acteurs économiques du territoire, en développant la pratique d'immersion des enseignants au sein des entreprises et en renforçant la présence des représentants des secteurs professionnels du territoire dans les lycées.

Développer l'apprentissage et l'alternance

  • Mettre fin au collège unique et permettre l'apprentissage dès 14 ans, comme en Allemagne.

  • Instaurer un dispositif "zéro charge patronale" pour tout recrutement d'un apprenti.

  • Redonner aux régions le rôle de chef de file dans le pilotage de l'apprentissage.

  • Renforcer l'alternance dans le cadre du cursus universitaire.

Réformer l'enseignement supérieur

  • Faire du critère de l'employabilité la priorité de l'enseignement supérieur en rendant systématique l'évaluation de l'insertion professionnelle des diplômés pour toutes les formations, et en conditionnant l'ouverture et le maintien d'une formation diplômante lors du processus de contractualisation avec le ministère à des taux d'insertion professionnelle satisfaisantes.

  • Associer des représentants des secteurs économiques du territoire aux conseils d'administration des unités de formation et de recherche (UFR).

Lutter contre la précarité des jeunes et leur faciliter l'accès au travail

  • Mettre en place 300 000 jobs pour la Nation qui se substituent provisoirement aux emplois détruits par la crise.

  • Créer un dispositif d'accès au premier emploi pour les jeunes grâce à la prise en charge par l'Etat des six premiers mois de salaire.

  • Créer un prêt bancaire spécifique pour les jeunes, garanti par l'Etat.

4 vues