A quand la 5G à Paris ?


Le déploiement de la 5G en France a débuté officiellement hier. Organisées par l'Etat, les enchères principales pour attribuer les fréquences se sont terminées début octobre, tandis que les enchères de positionnement, pour placer chaque opérateur sur la bande du spectre électromagnétique ont eu lieu le 20 octobre. Il ne restait plus qu'à délivrer les autorisations d'utilisation des fréquences à Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile et les faire publier au Journal officiel. Les opérateurs télécoms y ont mis le prix : 2,8 milliards d'euros, auxquels s'ajouteront d'importantes dépenses d'investissement pour partir à la conquête de ce nouveau marché.


C'est donc chose faite depuis hier. Le régulateur des télécoms (Arcep) a indiqué que les opérateurs pourront allumer leur réseau 5G dès le 18 novembre. A compter d'aujourd'hui, les opérateurs peuvent donc lancer leurs offres commerciales auprès des usagers comme des entreprises.


La 5G c'est donc maintenant. Sauf que la mairie de Paris n'a toujours pas arrêté sa doctrine sur le sujet. Dans le seul but de plaire aux écolos, l'ensemble des parisiennes et des parisiennes vont être privés de cette cinquième génération de réseaux mobiles. Aberrant !


Ce saut technologique sera scruté bien au-delà du périphérique. Il déterminera la compétitivité de nos entreprises, et notamment du tissu parisien des start-up développeurs, et conditionnera l'image de Paris Ville Olympique aux yeux du monde en 2024. Mais la Ville de Paris a préféré ne rien faire et se perdre en procrastination. Incompréhensible !


Durant sa campagne municipale, Anne Hidalgo avait pris soin d'éviter le sujet, tenue par son alliance avec les candidats d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), farouchement opposés à ce saut technologique que représente pourtant la 5G. Ainsi, lors du Conseil de Paris du mois d'octobre, la Maire de Paris a lancé une improbable consultation citoyenne à l'échelle de la métropole. Au-delà de la question sur la légitimité d'une telle consultation, étendue d'autorité à toute la Métropole, sans même avoir concerté au préalable la Métropole du Grand Paris, cette absence de prise de décision de l'Exécutif parisien sur un sujet aussi déterminant est grave.


Pourtant, la Convention citoyenne pour le climat, décidée en octobre 2019, par le président de la République, avait déjà rendu un avis sur la 5G. Pourquoi vouloir revenir aujourd'hui sur cette décision ?


Les inquiétudes autour de cette technologie sont légitimes et doivent être prises en compte. Mais il s'agit aussi d'un enjeu technologique majeur. Le contexte de la 5G s'inscrit dans une évolution sans cesse grandissante des usages, notamment concernant le téléphone mobile. Nul n'aurait imaginait il y a quelques années qu'il y aurait plus de 60 millions d'utilisateurs sur les réseaux mobiles. L'enjeu majeur de la 5G consiste à participer au développement de nos sociétés industrielles et à l'amélioration de la vie quotidienne.


Je vous invite à lire l'excellente tribune des élus de notre groupe Changer Paris, membres du collectif d'étude sur la 5G : ICI.

Catherine DUMAS

Sénatrice de Paris

Conseillère de Paris - élue du 17e

Ma notice sur le site du Sénat

Contact Sénat :

c.dumas@senat.fr01 42 34 33 98

15 rue de Vaugirard 75291 Paris Cedex 06

Mentions légales